Pourquoi un simple épisode neigeux vire-t-il à la débandade?

Publié le par FO Nogent

Pour FO, les explications embarrassées du gouvernement sur la pagaille qui a touché, mercredi, les franciliens en disent long sur l’incurie de sa politique de démantèlement du service public.
Pourquoi un petit épisode neigeux a viré mercredi au cauchemar en Ile de France pour des milliers d'usagers des routes et des transports publics franciliens? Pour justifier le chaos, le Premier ministre, a revêtu hier soir les habits d'un piètre avocat général en désignant un coupable: Météo France. Selon M. Fillon, «Météo France n'avait pas prévu cet épisode neigeux, en tout cas pas son intensité et donc il est incontestable que les services chargés du déneigement ont été pris au dépourvu». Il a reproché aux prévisionnistes de ne pas avoir été assez précis puisqu'ils avaient annoncé 5 cm de neige alors qu'il est tombé 12cm à Paris et 20cm dans certains endroits.

De quoi faire sortir de leurs gonds les syndicats. «C'est scandaleux!», tempête le secrétaire général de la fédération FO de l'Equipement et des Transports, Jean Hédou, qui ne décolère pas contre ce qu'il considère comme «une forfaiture à l'égard des services publics des prévisions météorologiques dans le but de faire oublier la politique de rigueur du gouvernement. Et pour cause, Météo France avait bien annoncé la veille les chutes de neige abondantes qui allaient s'abattre le lendemain sur le bassin parisien. En témoigne son bulletin de vigilance «orange» diffusé mardi et prévoyant un «épisode pluvio-neigeux avec un risque marqué de pluies verglaçantes de l'est des Pays de Loire à l'Ile-de-France et à la Champagne». Et dans lequel il était précisé qu'en région parisienne «la couche de neige atteindra jusqu'à 10 cm localement». Certes, la recherche d'un bouc émissaire est bien commode pour apaiser la colère des automobilistes franciliens bloqués mercredi et une partie de la journée de jeudi dans leurs véhicules par la neige et le verglas. «Elle vise surtout à masquer pour le gouvernement les méfaits de sa politique en matière de services publics, y compris ceux de Météo France» explique Jean Hédou, «Pourquoi alors avoir supprimé les centres territoriaux de Météo France? s'interroge-t-il ainsi. 

Sur l'entretien et l'exploitation du réseau routier, FO dénonce la réduction continue des crédits budgétaires orchestrée dans le cadre de la RGPP et qui ont entraîné  la suppression de moyens humains et matériels (abandon du déneigement préventif d'une bonne partie de la voirie, baisse de la fréquence des patrouilles de sécurité sur les routes…). Pour le responsable syndical, «au moment où le Chef du gouvernement s'amuse à désigner des coupables, Il omet de mentionner ainsi que son budget 2011 prévoit encore une baisse de 30% des crédits affectés à l'entretien des voies pour faire face aux intempéries». Sur la gestion  chaotique de la situation mercredi, FO met en cause aussi le démantèlement des anciens services de l'Etat et le placement de l'ensemble de la sécurité routière sous la tutelle d'un ministère de l'Intérieur, dont la prévention n'est pas sa tasse de thé, (contrairement au ministère des transports qui en avait auparavant la charge et l'expérience). «Envoyer des véhicules blindés de la gendarmerie pour secourir les naufragés de la route à quelques kilomètres de la capitale n'auront pu ni stopper l'envahisseur climatique, ni bouter la neige hors des frontières!», ironise Jean Hédou.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article