LE SMIC REVALORISÉ AU MINIMUM

Publié le par FO Nogent

Le salaire minimum interprofessionnel de croissance ne bénéficiera d'aucun «coup de pouce» du gouvernement. Les quelques 2,3 millions de smicards devront se contenter d’une augmentation de 14 centimes d’euro brut de l’heure.

 

La hausse du SMIC sera limitée au strict minimum en 2011. A partir du 1er janvier prochain, il va passer à 9 euros bruts de l'heure, soit une augmentation de 14 centimes, portant le salaire brut mensuel à environ 1.365 euros (ou 1.073 euros nets). Sans surprise, le gouvernement a donc suivi à la lettre les conclusions des experts chargés de se prononcer sur l'évolution du SMIC. Lesquels lui avaient recommandé, il y a une semaine, de s’en tenir aux dispositions légales de revalorisation en s'abstenant de tout «coup de pouce» . La décision a été entérinée hier lors d'une réunion de la Commission nationale de négociation collective (CNNC) par le ministre du Travail Xavier Bertrand : «La politique récurrente des coups de pouce peut avoir pour effet d'évincer de l'emploi les travailleurs les plus fragiles», a-t-il justifié. En clair, la hausse du SMIC doit être contenue pour ne pas alourdir le coût du travail pour les entreprises. Au grand dam des syndicats bien sûr.

Rappelant que 2011 sera la cinquième année consécutive sans «augmentation significative» pour quelque 2,3 millions de salariés payés au SMIC (soit un salarié sur dix)», Marie-Alice Medeuf-Andrieu (FO) a fustigé cette politique qui consiste à faire du salaire minimum «un instrument d’ajustement social de l’austérité économique et non de justice sociale». C’est d’autant plus inacceptable, pour la confédération syndicale, que les allègements de cotisations sociales, eux, ne sont jamais remis en question. Bien au contraire puisque le gouvernement a annoncé le même jour sa décision de reporter les sanctions contre les entreprises qui ne reflètent pas la revalorisation automatique du SMIC dans leur grille salariale. En vertu d’une loi de 2008, il était prévu de réduire, à partir de 2011, les allègements de cotisations dans toutes les entreprises relevant de branche, dont les minima de grille sont inférieurs au SMIC. Comme l’a révélé lundi le quotidien La Tribune, un décret est en préparation pour n’appliquer ladite sanction qu’à compter de 2013 et sous prétexte que seules 12% des branches ont persisté à maintenir des coefficients en dessous du SMIC. Encore une fois les coups de pouce sont réservés aux employeurs.

 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article