LE GOUVERNEMENT ESPÈRE CONTRECARRER LA MOBILISATION PAR DES «MESURETTES»

Publié le par FO Nogent

Pour FO, les dispositions annoncées pour les mères de 3 enfants ou les parents d'enfants handicapés ne changent pas le contenu d’un texte «injuste et insupportable», dont elle continue de demander le retrait pour une autre réforme.
Face à mobilisation et à la détermination syndicales, le gouvernement espère toujours désamorcer les hostilités en misant sur des aménagements à la marge de son projet de loi actuellement en discussion au Sénat. C’est dans cet esprit qu’il a déposé jeudi matin deux amendements en faveur de certaines mères de trois enfants et de certains parents d'enfants handicapés. 5045400646_b1779371fe_m.jpg
Le premier permettrait aux mères de trois enfants et plus – nées entre 1951 et 1955 – de continuer à bénéficier d'une retraite sans décote à 65 ans. Au total «130.000 femmes» seraient concernées. La mesure devrait bénéficier, sans distinctions de sexe, à «tous les parents» de trois enfants à la carrière interrompue «au moins un an» par ces naissances, a tenu à préciser par la suite l'Elysée. Le second amendement garantirait également ce droit aux parents d'enfants «lourdement» handicapés.

«Ce ne sont pas quelques mesurettes temporaires qui transformeront le contenu d’un projet de loi injuste et insupportable», a réagi Bernard Devy (FO). Pour lui, «cela ne change rien sur le fond et l’exigence de retrait de la réforme, dont la composante essentielle est le report de l'âge légal de départ de 60 à 62 ans et le relèvement de l'âge d'annulation de la décote de 65 à 67 ans en pour tous les salariés».

Dans la foulée de la communication gouvernementale, on apprenait que la commission des Affaires sociales du Sénat avait demandé l'examen en priorité par les sénateurs des deux articles traitant précisément du repoussement des bornes d’âge de départ à la retraite. Histoire sans doute de hâter l’adoption des dispositions les plus contestées avec l’espoir de contrecarrer la dynamique enclenchée vers le 12 octobre, date de la prochaine journée nationale de grèves et de manifestations à laquelle appelle l’ensemble des organisations syndicales.

Après le succès de la mobilisation du 2 octobre qui a vu défiler autour de trois millions de personnes (soit autant que le 23 septembre), le mouvement de rejet de la réforme des retraites pourrait bien prendre une toute autre ampleur dans les jours qui viennent. Des appels à reconduire les grèves au-delà du 12 octobre commencent en effet à fleurir dans un certain nombre de secteurs et/ou entreprises (transports, Chimie, Energie, audiovisuel public, La Poste France Télécom…). Les salariés semblent ainsi partager de plus en plus la conviction que leur mobilisation doit maintenant monter d’un cran pour faire reculer enfin les pouvoirs publics sur le cœur de la réforme.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article