L'accord sur l'AGFF prolongé jusqu'en juin 2011

Publié le par FO Nogent

À l’issue de la première séance de négociation sur l’avenir des retraites complémentaires, FO s’est félicitée de la reconduction au-delà du 31 décembre 2010 du dispositif qui prend en charge le surcoût de la retraite complémentaire de 60 à 65 ans.
Les syndicats (FO, CFDT, CFTC, CGC et CGT) et le patronat (MEDEF, CGPME et UPA) ont entamé jeudi des négociations sur l'avenir des retraites complémentaires, dont l'objectif est, entre autres, de garantir l'équilibre financier des régimes AGIRC (cadres) et ARRCO (salariés non-cadres). Pour cette première séance plénière, l'urgence était de discuter du sort de l'Association pour la gestion des fonds de financement (AGFF) alors que ce dispositif, qui prend en charge le surcoût de la retraite complémentaire de 60 à 65 ans, arrivait à échéance à la fin de l'année 2010. «Nous avons rappelé toute l'importance de négocier sur ce point afin que les pensions liquidées au 1er janvier 2011 ne soient pas impactées d'un potentiel abattement (maximal) de 22%», a expliqué Bernard Devy, secrétaire confédéral FO chargé des retraites. Après discussions, ledit dispositif a pu être reconduit jusqu'au 30 juin 2011 inclus. En conséquence, les salariés, qui souhaitent partir en retraite au début de l'année prochaine, ne seront pas pénalisés entre 60 et 65 ans, ce qui aurait été le cas si les partenaires sociaux n' étaient pas arrivés à un accord pour prolonger l'AGFF au-delà du 31 décembre 2011.

La séance de jeudi a permis également d'arrêter le calendrier de la négociation qui devrait se dérouler jusqu'en mars 2011. Laquelle doit aborder différents thèmes, dont les taux de rendements qui conditionnent le niveau des pensions des retraités, et les ressources des deux régimes complémentaires dans la perspective de leur équilibre à moyen terme. FO mettra en avant la nécessité de stabiliser le rendement des régimes AGIRC-ARRCO qui n'a cessé de baisser ces dernières années. Il est actuellement à moins de 7 euros par an pour 100 euros cotisés, contre plus de 10 euros à la fin des années 1990. «Nous entendons inscrire le futur accord dans la durée ce qui impose de prendre le temps nécessaire pour négocier au mieux les intérêts des actifs et des retraités», a souligné Bernard Devy (FO), après s'être félicité de la prorogation de l'AGFF. La prochaine réunion a été fixée au 21 décembre..
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article