INJUSTE ET INEFFICACE

Publié le par FO Nogent

Le discours sécuritaire du gouvernement savamment orchestré pendant la période estivale n’aura pas réussi à faire oublier aux salariés le dossier retraite. Force Ouvrière est pleinement engagée contre le projet gouvernemental.
Le passage en Commission des affaires sociales à l’Assemblée Nationale en Juillet n’a pas modifié sur le fond le texte, s’agissant plus précisément du recul de l’âge de la retraite, de l’allongement de la durée de cotisation, du financement.

Malgré la contestation, le gouvernement a fait bloc avec sa majorité parlementaire pour écarter les amendements significatifs. Qu’en sera-t-il des propositions concernant la pénibilité, les carrières longues, les polypensionnés, sujets qui malgré leur importance ne constituent pas l’essentiel du dossier retraite ?

Personne n’imaginait qu’avant la journée du 7 septembre nous pourrions bénéficier des confidences du Ministère.

A quoi bon une concertation !

Nous sommes passés à l’étape suivante, celle du débat parlementaire et de la contestation. Quel que soit le résultat du bras de fer que nous entendons mener avec le gouvernement, notre organisation n’aura pas à rougir de ses prises de position.

Nous sommes sur un débat de société qui engage l’avenir de notre protection sociale et de nos retraites en particulier ce n’est pas qu’un coup de canif, c’est une remise en cause de nos système solidaires de protection sociale. La tendance actuelle, affichée sans retenue par nos hommes politiques, c’est le transfert progressif des charges vers les salariés. Ce phénomène s’est accentué avec la crise économique et les contraintes budgétaires qui pèsent sur les pays européens.

La crainte de voir les agences de notation pénaliser les mauvais comportements des Etats membres en matière économique, engage les gouvernements à prendre des mesures qui vont conduire à un ralentissement de l’activité économique, un affaiblissement de la croissance et à un détricotage de nos systèmes sociaux.

La réforme des retraites n’est qu’une première étape, elle préfigure des efforts supplémentaires qui seront imposés aux salariés. A notre organisation, Force Ouvrière de tenir bon et de s’opposer fermement à cet avenir incertain.

 

Commenter cet article