Anne Baltazar : “L’embauche à vie n’existe pas !”

Publié le par FO Nogent

Christian Jacob ne s’interdit pas de “réfléchir à la pertinence de l’embauche à vie des fonctionnaires”. Qu’en pensez-vous ?

L’embauche à vie dans la fonction publique, cela n’existe pas ! C’est du statut des fonctionnaires et de la garantie de l’emploi qu’il s’agit. Ces propos interviennent alors que les fonctionnaires ont été durement attaqués ces derniers mois : gel du point d’indice imposé par le gouvernement, réforme des retraites qui les a particulièrement impactés, etc. Les agents de la fonction publique ont payé le prix fort. Et voilà que Christian Jacob en rajoute en s’attaquant aux fondamentaux de leur statut.

Pourquoi le maintien du statut des fonctionnaires est-il, selon vous, nécessaire ?

Le statut des fonctionnaires contribue à l’attractivité de la fonction publique, qui a aujourd’hui beaucoup de mal à recruter. On le voit dans les hôpitaux, où de trop nombreux agents préfèrent être embauchés comme contractuels parce que les avantages sont plus nombreux. Le système des carrières est également un gage de la bonne marche de la fonction publique. Les agents ne sont pas sur un siège éjectable, ils peuvent exercer leurs missions sans être soumis à des pressions et rendre un service public neutre, équitable pour tous et non soumis aux intérêts du pouvoir politique.

Justement, cette polémique intervient alors que le secrétaire d’État à la Fonction publique, Georges Tron, lance le 11 janvier les négociations avec les syndicats sur la précarité dans la fonction publique…

Formulées juste avant l’ouverture des négociations sur l’emploi des agents non titulaires dans la fonction publique, les propos de Christian Jacob ne sont pas innocents. Les “contrats d’objectifs sur cinq ou dix ans” qu’il envisage ressemblent fort aux missions de projets qui transparaissent dans le document d’entrée de négociation adressé aux syndicats par Georges Tron. Nous refusons ces contrats dans le secteur privé, nous n’allons pas les accepter dans la fonction publique ! Ce serait institutionnaliser la précarité. Plutôt que d’instaurer des contrats de cinq ou dix ans, il faut d’abord répondre aux besoins des citoyens.

N’êtes-vous pas satisfaite de la réaction de Georges Tron, qui s’est dit “attaché au statut de la fonction publique”, prenant ainsi ses distances avec Christian Jacob ?

Georges Tron est le patron des fonctionnaires, le garant de leurs valeurs et de leur statut. Il se devait de réagir aux déclarations de Christian Jacob. Toutefois, nous craignons que ses propos ne traduisent l’envie de l’UMP de mettre fin à la garantie de l’emploi dans la fonction publique, ce qui serait inacceptable. Force ouvrière sera très vigilant pour défendre le statut et, plus généralement, les droits des fonctionnaires.

Commenter cet article